Sous surveillance – la météo, le climat, les catastrophes

Les satellites facilitent non seulement la navigation en utilisant le GPS, mais sont aussi très utiles pour prévoir le temps qu'il va faire, étudier l'évolution du climat ou encore planifier des opérations de secours en cas de catastrophe.

Image satellite centrée sur la méditerranée

Image satellite de la région Europe-Méditerranée. (Image: Eumetsat)

Prévoir la météo grâce aux satellites

Il suffit d’un coup d’œil à l’application météo pour savoir si le week-end sera plutôt orienté promenades ou jeux vidéo. En plus des stations au sol, les satellites d’observation de la Terre fournissent une énorme quantité de données qui permettent de telles prévisions. En particulier les satellites géostationnaires qui envoient des images d’une même partie de la Terre à intervalles de quelques minutes permettent une surveillance continue des changements météorologiques dans l’atmosphère. Les images, qui sont prises dans le spectre visible et l’infrarouge, permettent d’identifier les nuages, la direction du vent et même les mouvements de la poussière du Sahara ou des cendres volcaniques dans l’air.

Une météo la plus précise possible est essentielle au quotidien de la plupart des gens qui veulent se préparer à leur prochaine excursion selon l’adage «Il n’y a pas de mauvais temps, seulement de mauvais vêtements». L’agriculture ainsi que le trafic aérien et maritime dépendent particulièrement des données météorologiques pour déterminer la date de récolte optimale ou le meilleur itinéraire. En plus de fournir des renseignements sur la météo actuelle ou à court terme, les images satellites contribuent au travail d’observation du climat et des changements climatiques pendant de longues périodes. Pour les régions du globe même les plus reculées, il est possible de collecter des données sur l’humidité du sol, la déforestation, la salinité des mers, l’épaisseur de la glace ou la hauteur du niveau de la mer.

Positionner les panneaux solaires et étudier les glaciers

Carte du débit de glace sur l'Antarctique

Carte de l'Antarctique: près de 2000 kilomètres cubes de glace s'écoulent dans l'Océan Austral chaque année. Les zones marquées en jaune indiquent les écoulements les plus rapides. (Image: NASA Landsat Image Gallery)

À l’aide des données qu’elle obtient à partir du satellite européen «METEOSAT Second Generation», MétéoSuisse calcule la variation temporelle et spatiale du rayonnement solaire en tenant compte du terrain alpin et de la réflexion de la neige. Ces données servent à déterminer l’emplacement optimal pour les installations solaires (pour plus d’infos sur les énergies renouvelables, voir le Technoscope 2/16).

Les images fournies par le satellite Landsat 8 de la NASA permettent de calculer la vitesse d’écoulement des glaciers et d’évaluer ainsi l’impact du changement climatique sur les glaciers.

 

 

Planifier les secours en cas de catastrophe

Ville cotière japonaise avant et après un tsunami.

Ville côtière japonaise avant et après un tsunami. (Image: JAXA/RapidEye AG)

Les images enregistrées par les satellites avant et après une catastrophe d’origine naturelle ou humaine fournissent des informations utiles sur l’étendue et la localisation des dégâts, ce qui facilite la planification des interventions de secours.

Dans le domaine aérospatial, les coopérations internationales ne sont pas rares. En 1999, plusieurs agences spatiales se sont regroupées pour former l’association «International Charter – Space and Major Disasters» dont la mission est de fournir des images satellites rapidement et gratuitement en cas de catastrophe.


Texte: SATW / Alexandra Rosakis
Source: Technoscope 2/17: Satellites - Navigation, mensuration, observation. Technoscope est la revue technique de la SATW destinée aux jeunes.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.