Animaux et plantes

Mais que font les grenouilles et les lézards pendant l’hiver ?

Petit lac en partie gelé dans une forêt enneigée, avec une cabane à l’arrière-plan.

Sous la neige et la glace, le repos hivernal règne. Image : CanStockPhoto

En hiver, la nature est calme. Les jours sont courts et quand il y a de la neige, elle étouffe tous les bruits. Il manque le bourdonnement des insectes et le bruissement de beaucoup d’autres petits êtres vivants qui cheminent sur le sol pendant la saison chaude. Où sont-ils tous pendant les mois froids?

En hiver, il fait froid et beaucoup d’animaux trouvent moins de nourriture. C’est pourquoi certains mammifères hibernent – par exemple les marmottes, les hérissons ou les ours. D’autres font des réserves, se retirent, dorment beaucoup et ne bougent que de temps en temps pour manger un peu. Mais cela n’est possible que parce que le corps des mammifères et des oiseaux est conçu de telle manière qu’il peut réguler sa température lui-même.

Sans « chauffage » dans le corps, il devient glacé !

Lézard dans la lumière du soleil sur un rocher

Un lézard des murailles sort de la fente d’un rocher pour se chauffer au soleil. Image : CanStockPhoto

Les amphibiens et les reptiles, les grenouilles et les lézards par exemple, ne peuvent pas le faire. On dit qu’ils sont à sang froid, parce que la température de leur corps baisse et augmente automatiquement avec la température de leur environnement. Dès qu’il fait plus frais, ces animaux doivent trouver un endroit où ils ne seront pas dérangés pendant les prochains mois. Ils sont ensuite engourdis par le froid, ne bougent presque plus et ne mangent pas non plus. Les yeux de l’animal restent ouverts, mais son cœur et sa respiration sont très lents et toutes les autres fonctions corporelles sont également très limitées. En Suisse, l'hibernation des amphibiens et des reptiles dure environ de mi-octobre à mi-mars. Cependant, certaines espèces sortent dès les jours ensoleillés de janvier ou février pour se réchauffer au soleil.

Hibernation sous terre ou dans l’eau

Les lieux appropriés pour l’hibernation sont par exemple les creux dans les troncs d’arbres, les tas de pierres, de feuilles ou de bois. Le sous-sol est aussi un bon endroit pour hiberner: aurais-tu imaginé que des animaux comme les orvets peuvent s’enfouir dans le sol jusqu’à 50 centimètres de profondeur? Souvent, plusieurs animaux partagent ensemble un bon endroit d’hibernation. Quelquefois, parmi eux, on trouve aussi des serpents, des orvets et des lézards.

Grenouille brune à rayures latérales claires et foncées, immobile entre la neige et les feuilles

Plutôt cool : la grenouille des bois nord-américaine est une artiste de la survie au froid chez les grenouilles. Elle gèle littéralement pendant l’hiver, pendant une période allant jusqu’à une demi-année. Image : Jan Storey, National Science Foundation

Certaines grenouilles et tritons hibernent dans l’eau. Si la nappe d’eau est assez grande pour ne pas geler jusqu’au fond en hiver, la température de l’eau au fond ne descend pas en dessous de 4°C. Les amphibiens peuvent y hiberner, car l’oxygène de l’eau qu’ils absorbent par leur peau suffit pour leurs fonctions corporelles réduites en hiver. Les petites mares, les marais ou les couches humides du sol peuvent geler en hiver – et les animaux qui s'y trouvent aussi ! Beaucoup d’espèces n’y survivraient pas, cependant certaines se sont adaptées à de telles situations. On sait que la salamandre terrestre et certaines grenouilles peuvent résister à des températures de –5° C à –7° C. On pourrait donc les congeler dans un bloc de glace pour quelque temps en hiver !

Protection du corps contre le gel

Coléoptère à motifs gris-bruns avec un corps allongé en mise au point sélective sur un sol forestier

La rhagie inquisitrice, une habitante discrète des forêts de conifères, produit l’une des protéines antigel les plus efficaces. Image : Gilles San Martin/Wikimedia Commons, CC-Lizenz

Comment les animaux survivent-ils à un tel stress dû au froid? Leurs fluides corporels contiennent un antigel naturel qui empêche que des cristaux de glace se forment dans les cellules du corps de l’animal et les abîment. D’ailleurs, de nombreuses espèces d’insectes ont développé aussi de tels antigels. La puce des glaciers, qui vit dans la glace toute l’année, en est un exemple. La protéine antigel la plus efficace que l’on connaisse est produite par un coléoptère discret.

 

Créé: 18.01.2020

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien site. Merci de nous signaler, à redaction(at)simplyscience.ch, toute erreur d'affichage.

Plus