Une décharge flottante

La plus grande décharge du monde s’est formée en quelques décennies à un endroit où presque personne ne l'a remarquée : au milieu de l'océan Pacifique. Les courants océaniques y ont rassemblé des dizaines de milliers de tonnes de déchets plastiques. Cet endroit est connu sous le nom de vortex de déchets plastiques du Pacifique nord (Great Pacific Garbage Patch en anglais).

Déchets plastiques en mer

Des milliers de tonnes de déchets dérivent en mer. (Image : Baloncici/Shutterstock.com)

Il est difficile de déterminer la taille du « tapis » de déchets flottant dans l'océan Pacifique entre la Californie et Hawaï, et ce n'est pas le seul endroit où des déchets s’accumulent en mer. Cependant, les mesures effectuées à partir de bateaux et d'avions montrent que ce grand vortex de déchets plastiques, avec ses 1,6 million de km², est probablement trois fois plus grand que la France. Le gyre du Pacifique Nord, un gigantesque tourbillon formé d’un ensemble de courants marins, rassemble à cet endroit les déchets présents en surface. Les déchets plastiques en particulier restent alors dans ce vortex pendant des années, voire des décennies.

Principalement du plastique

Rien que dans cette zone, il y a environ 1,8 trillion de morceaux de plastique flottant, d'un poids total de 80 000 tonnes. Les grands débris, comme les filets de pêche usagés, les boîtes ou les bouteilles, représentent environ 92 % de la masse totale. Les 8 % restants sont constitués de microplastique, d'innombrables (très) petites particules de plastique. Le plastique dans le Pacifique nord provient de sources très différentes. Sur un échantillon de plusieurs centaines de morceaux de plastique dont on pouvait encore lire les inscriptions, un tiers provenait du Japon ; on suppose qu'ils ont été emportés par la mer à la suite du tsunami de 2011.

D'où provient le microplastique en mer ?

Les particules de microplastique représentent moins de 10% du poids des déchets flottants. Elles ne sont pas aussi visibles que les déchets plus grands mais il y en a énormément, elles peuvent fixer des substances toxiques et sont transportées avec l'eau presque partout.
(Image: eskp.de/Wikimedia Commons, CC BY 4.0, traduit par la rédaction)

Globalement, il apparaît qu'une bonne moitié de ces déchets provient de la pêche ou de l'aquaculture. Ces objets se trouvaient donc déjà en mer lorsqu'ils étaient utilisés. C'est intéressant car, d'après les calculs, on aurait pu s'attendre à trouver une proportion plus importante de déchets provenant de la terre ferme et qui se seraient ensuite retrouvés dans l'eau. Qu'est-il arrivé à ces quantités de déchets dont nous savons qu'ils n'ont pas été recyclés, incinérés ou stockés de manière contrôlée ? La réponse est probablement que la plupart des déchets ne flottent pas mais ont coulé au fond de la mer - où ils resteront pendant longtemps. On a récemment découvert des morceaux de plastique vieux de plusieurs dizaines d'années dans les profondeurs de l'océan. Et ces déchets ne présentaient aucun signe de décomposition.

Les conséquences de l'accumulation de déchets plastiques non biodégradables dans les océans sont bien connues. Les animaux de grande taille se retrouvent piégés dans des emballages en plastique et des centaines de milliers d'animaux marins, surtout des oiseaux, ingèrent des morceaux de plastique indigestes avec leur nourriture et meurent de faim. De plus, des substances toxiques se fixent à la surface des microplastiques. S’ils sont consommés par des animaux marins, les polluants s'accumulent dans la chaîne alimentaire et peuvent finir dans nos assiettes.

Un problème mondial qui nécessite des solutions globales

Il existe de nombreux types de plastiques, produits à partir du pétrole. Difficile de s’en passer avec notre mode de vie actuel, car depuis le début du XXe siècle le plastique est devenu le matériau numéro un (pour en savoir plus, voir « L'histoire du plastique, partie 1 et partie 2 »). Cependant, des recherches intensives sont en cours pour remplacer au moins partiellement ces plastiques par des produits biodégradables (certaines sortes de bioplastiques).

Toutefois, la meilleure façon de lutter contre le problème des déchets dans l'environnement est de recycler le plastique chaque fois que cela est possible, ou du moins de l'éliminer correctement. Après tout, on estime qu'il faut 500 ans pour qu'un pot de yogourt se décompose dans la nature ! La plupart des déchets présents dans la mer proviennent de pays ayant un littoral important, densément peuplé et produisant une quantité correspondante de déchets plastiques. Cependant, il n'existe pas partout une infrastructure appropriée pour l'élimination et le recyclage des déchets. Il faut donc travailler dans le monde entier pour augmenter la part des matériaux réutilisables et réduire les déchets ou les éliminer de manière raisonnable afin qu'ils ne se retrouvent pas dans l'environnement de manière incontrôlée.


Texte : Rédaction SimplyScience.ch

Sources : Lebreton, L., Slat, B., Ferrari, F. et al. Evidence that the Great Pacific Garbage Patch is rapidly accumulating plastic. Sci Rep 8, 4666 (2018). Krause, S., Molari, M., Gorb, E.V. et al. Persistence of plastic debris and its colonization by bacterial communities after two decades on the abyssal seafloor. Sci Rep 10, 9484 (2020).

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.