Techniques et matériaux

A quel point la blockchain est-elle sûre?

Bild: CanStockPhoto

La blockchain est considérée comme un livre de comptes numérique incorruptible. Il en existe d’innombrables copies identiques, qui sont reliées entre elles. Lorsqu’une entrée est modifiée dans l’un des livres, cette modification est automatiquement enregistrée dans tous les autres. C’est pourquoi la technologie blockchain est également appelée «technologie des registres distribués» ou «Distributed Ledger Technology» (DLT).

Aucun instance centrale de contrôle n’est requise dans cette chaîne. Avec la blockchain, nul besoin de passer par des intermédiaires tels que des banques ou des assurances. Grâce à son inaltérabilité, la blockchain crée la confiance et la transparence. Certains y voient une grande promesse, d’autres, une menace pour les procédures et les mécanismes de contrôle en place. La question de savoir qui a raison n’est pas encore tranchée, d’où le battage médiatique actuel autour de la blockchain.

Une petite modification de l'entrée génère une toute nouvelle sortie.

La blockchain est considérée comme invulnérable car elle est répartie sur d’innombrables ordinateurs. De plus, divers procédés cryptographiques contribuent à sa sécurité. Le mot cryptographie vient du grec (kryptos: caché; graphein: écrire) et signifie «écriture secrète» ou chiffrement. La fonction de hachage joue un rôle essentiel dans la blockchain. Elle se compose d’un algorithme qui compresse un fichier numérique de n’importe quelle longueur et de nature diverse, par exemple un texte, une vidéo ou un fichier audio, en une chaîne de longueur fixe – le hachage (numéro de contrôle). Dans le SHA-256, l’algorithme de plus utilisé dans le monde des blockchains, le hachage se compose toujours de 256 caractères. Le moindre changement dans l’entrée génère une sortie totalement différente. L’exemple sur l'image démontre ce qui se passe lorsqu’une seule virgule est ajoutée. 

Enfin, tous ceux qui participent à la blockchain ont besoin d’un logiciel d’accès. Celui-ci se compose d’une clé publique et d’une clé privée. La clé publique permet de consulter toutes les données stockées dans une blockchain. Mais seule la clé privée permet de signer des transactions. La clé privée est une suite secrète de chiffres. Son détenteur a accès aux valeurs signées avec cette clé et peut les transmettre à d’autres personnes

La paire de clés est stockée dans un wallet, un «portefeuille numérique»: en ligne, à l’aide d’un logiciel ou hors ligne, sur un disque dur ou sous la forme d’un «portefeuille papier» imprimé sur une feuille de papier. Les wallets peuvent présenter une vulnérabilité dangereuse: ils peuvent être piratés, et les mots de passe et les disques durs peuvent être perdus. C’est alors le désastre absolu: si vous n’avez plus votre clé privée, vous ne pourrez plus jamais accéder à vos valeurs stockées sur la blockchain. Entre trois et cinq millions de bitcoins seraient ainsi bloqués dans le cyberespace. 

Créé: 12.12.2021
Plus