Cellules souches

Différents types cellulaires peuvent se développer à partir d’'une cellule souche. (Image: CanStockPhoto, adaptée)

Tu as très certainement déjà entendu parler de cellules souches. Les médias en parlent régulièrement. Mais que sont les cellules souches? Il s'agit de cellules aux propriétés particulières: elles peuvent donner naissance à différents types cellulaires. Il existe deux types de cellules souches: les cellules souches embryonnaires et les cellules souches adultes.

Cellules souches adultes

Les cellules souches adultes ne peuvent donner naissance qu'à un nombre limité de types cellulaires. On les trouve dans un grand nombre de tissus, comme par exemple la peau. Elles sont nécessaires au remplacement de tissus abîmés. Quand tu t'écorches le genou, les cellules souches de la peau deviennent actives et forment alors de nouvelles cellules de peau. Le réservoir de cellules souches se remplit à nouveau, ce qui te sera utile s'il t'arrive à nouveau de tomber de ton skateboard.

Comme les cellules souches de la peau, qui ne peuvent donner naissance qu'à des cellules de peau, les cellules souches du sang, se trouvant dans la moelle osseuse, ne peuvent donner naissance qu'à des cellules sanguines. Dans tous les autres organes également, tels le foie ou les reins, les cellules âgées doivent être remplacées régulièrement afin que ces organes puissent fonctionner correctement. Pour cette raison, ils contiennent également des cellules souches qui leur sont spécifiques.

Cellules souches embryonnaires

Les cellules souches embryonnaires sont capables de donner naissance aux 200 différents types cellulaires composant l'être humain. Les cellules nerveuses, les cellules musculaires, les cellules du foie et les cellules sanguines en sont quelques exemples.

En Angleterre et dans un certain nombre d'autres pays, les couples ayant procédé à une fécondation in vitro ont la possibilité de donner leurs embryons surnuméraires à la recherche. Dans ce cas-là, les embryons continuent de croître quelques jours en dehors de l'utérus, dans un milieu de culture nutritif. Dès qu'ils sont constitués de 100 à 200 cellules, quelques cellules souches embryonnaires leur sont alors prélevées pour être cultivées en laboratoire. Elles constitueront alors une lignée de cellules souches embryonnaires.

En Suisse, la production de lignées de cellules souches embryonnaires n'est en elle-même pas interdite par la loi. Cependant, elle est exclue en pratique. Ceci est dû au fait qu'en Suisse, aucun embryon surnuméraire ne doit être produit lors d'une procédure de fécondation in vitro. Il n'existe donc pas d'embryon auquel prélever des cellules souches.

L'utilisation en recherche d'embryons âgés de quelques jours est un sujet éthiquement délicat et de ce fait les cellules souches suscitent des débats. Tu trouveras des informations sur les arguments jouant un rôle important lors de ces débats dans le chapitre consacré à l'éthique.

Remplacer les cellules souches embryonnaires

Motivés par les considérations éthiques découlant du sacrifice d'embryons pour la recherche, les scientifiques ont cherché d'autres méthodes afin d'obtenir des cellules souches. La percée s’est produite en 2006: des scientifiques ont réussi à transformer des cellules isolées de la queue de souris en cellules étant capables, tout comme les cellules souches embryonnaires, de donner naissance à tous les différents types de tissus. Ces cellules ont été appelées cellules souches pluripotentes induites (CSPi).

Le Japonais Shinya Yamanaka s’est vu remettre le prix Nobel de médecine en 2012 pour cette découverte montrant que l’on peut faire retourner des cellules matures à l’état de cellules souches.

En 2010, des chercheurs de Californie ont en outre pu transformer directement des cellules en un type de cellule bien défini. Cette reprogrammation directe de cellules cutanées en cellules du myocarde a été effectuée au moyen de trois protéines. La nouvelle méthode permet de gagner un temps précieux, puisqu’il n’est plus nécessaire de produire d’abord des cellules souches pluripotentes pour pouvoir obtenir des cellules du myocarde. Depuis cette découverte, un nombre croissant de chercheurs décrivent des reprogrammations directes réussies avec d’autres types de cellules.

Toutefois, les cellules souches pluripotentes induites ne possèdent pas tout à fait toutes les caractéristiques des cellules souches embryonnaires. C’est pourquoi, dans un avenir proche, la recherche ne pourra pas renoncer totalement à l’utilisation de cellules souches obtenues à partir d’embryons.

La recherche utilisant des cellules souches

La science s'intéresse aux cellules souches embryonnaires pour diverses raisons. D'un côté, il est possible par le biais de ces cellules d'étudier comment se développent certains tissus et organes et quels gènes sont impliqués dans ce développement. D'un autre côté, elles sont une source d'espoir dans le domaine médical. Un jour, il devrait être possible de remplacer des cellules abimées ou perdues lors d'un accident par des cellules de rechange produites à partir de cellules souches.

Par exemple, lorsque la moelle osseuse est sectionnée au cours d'un accident et que la personne touchée se retrouve alors paraplégique, de nouvelles cellules nerveuses produites à partir de cellules souches pourraient rétablir les connections dans la moelle osseuse et rendre ainsi à la personne tétraplégique sa mobilité. Les premiers succès de telles thérapies ont déjà été rapportés lors d'expériences sur les souris.

Les risques liés à la recherche utilisant des cellules souches

Comme pour chaque nouvelle technologie, les cellules souches sont également porteuses de risques. Les cellules souches implantées dans des animaux de recherche ne se développent pas toujours comme prévu. Dans certains cas, elles peuvent mener au développement d'un cancer. Ceci représente le plus grand défi dans le développement d'une thérapie basée sur les cellules souches.

Tu pourras trouver du matériel scolaire sur les cellules souches ici.

Ce sujet en vidéo

Ce contenu provient du site internet gene-abc.ch, une initiative du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Ce site internet a été fermé. La gestion et la mise à jour de ses contenus a été confiée en 2016 à la Fondation SimplyScience, qui les a intégrés à sa plateforme SimplyScience.ch.