Chromosome 19: La clé et la serrure pour régler le taux de glycémie

Pour chaque serrure, il n’'existe qu’'une seule clé. (Image: CanStockPhoto

Toutes les cellules de notre organisme sont entourées d'une enveloppe cellulaire (membrane). Sur la face externe de ces membranes se trouvent des centres d'accueil, les récepteurs. Ceux-ci fonctionnent comme des serrures où peuvent entrer les clés adéquates, c'est-à-dire des messagers produits par notre corps ou encore des médicaments.

L'hormone appelée insuline constitue un messager important. Elle est produite par les cellules du pancréas. Quand, après avoir mangé, le taux de glucose sanguin augmente, l'insuline est libérée dans le sang, par le biais duquel elle circule dans tout le corps. Lorsqu'elle rencontre un récepteur à insuline, elle s'y fixe et signale ainsi à l'intérieur de la cellule qu'il faut qu'elle absorbe du sucre du sang.

Les récepteurs à insuline sont plus ou moins nombreux à la surface des cellules selon le type de tissu qu'elles composent. Leur quantité dépend du nombre de transcriptions du gène du récepteur à insuline situé sur le chromosome 19. Par exemple, une cellule musculaire possède 1'000 fois plus de récepteurs à insuline qu'un globule rouge sanguin. Les cellules musculaires possèdent beaucoup de récepteurs parce que les muscles ont besoin de sucre comme carburant.

Causes du diabète

Il existe deux sortes de diabètes. Dans le cas du diabète de type-I, les cellules du pancréas produisent trop peu d'insuline. En guise de traitement, les personnes atteintes de ce type de diabète doivent s'injecter régulièrement de l'insuline.

Dans le cas du diabète de type-II, les cellules du corps ne réagissent pas à l'insuline parce qu'elles ne possèdent pas assez de récepteurs à insuline ou parce que différents facteurs affaiblissent la liaison de l'insuline à son récepteur. Les personnes atteintes de ce type de diabète doivent alors ajuster leur alimentation. S'ils n'ajustent pas leur alimentation correctement, leur taux de glycémie augmente au point d'endommager des tissus. L'exercice physique revêt aussi de l'importance: la recherche scientifique a révélé que l'entraînement augmentait le nombre de récepteurs à insuline de manière mesurable. Par conséquent, l'activité sportive influe sur la lecture du gène des récepteurs à insuline!

Ce sujet en vidéo

Ce contenu provient du site internet gene-abc.ch, une initiative du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Ce site internet a été fermé. La gestion et la mise à jour de ses contenus a été confiée en 2016 à la Fondation SimplyScience, qui les a intégrés à sa plateforme SimplyScience.ch.