Globine et Poïétine sur la piste de la moelle rouge (épilogue)

Lili a bientôt 10 ans et souffre d'anémie. Le médecin lui prescrit un médicament appelé Poïétine. Cette substance stimule la moelle osseuse à produire de nouveaux globules rouges. Mais à cause de l'impatience de Lili, Poïétine se retrouve sur le mauvais chemin. Poïétine doit entreprendre un nouveau voyage avec Globine pour arriver à son but.

Premier épisode

Episode précédent

Epilogue: Au travers de la moelle épinière pour enfin arriver au but

Globin & Poietin: Titelbild

«Globine et Poïétine sur la piste de la moelle rouge», conte scientifique. (Texte et illustrations: Vivienne Baillie Gerritsen et Sylvie Déthiollaz, Swiss-Prot Group, Swiss Institute of Bioinformatics)

«Ha! Ha! Ha! rit Cristalline. N’ayez pas peur! C’est Merlin! Le chat de Lili!»
Globine, Poïétine et Orexine se relèvent.
« Oh… observe Poïétine. Alors ça se passe de l’autre côté de son œil…»
«Oh! avec tout ça, j’avais presque oublié pourquoi nous sommes ici! s’exclame Globine à peine remise de ses émotions. C’était vraiment super Orexine! On reviendra! C’est promis! Mais maintenant il faut que tu tiennes ta promesse. Il faut nous dire où trouver la moelle osseuse de Lili. S’il te plaît… Elle est très malade…»
Orexine prend un air espiègle: «Seulement si vous arrivez à résoudre cette énigme.»
Poïétine et Globine se ruent sur Orexine, prêtes à l’égorger.
«Ok, ok, c’était juste pour rire les amies! les rassure-t-elle en pouffant de rire devant leur mine déconfite. Bon, le genre de moelle que vous cherchez s’appelle la moelle rouge…» Globine et Poïétine écoutent attentivement «… et vous la trouverez dans l’os du bassin.»
«Allez! Vite Glob! Direction "os du bassin"!» hurle Poïétine.
«Je n’ai pas fini, poursuit Orexine. Je disais que vous en trouverez dans l’os du bassin… ou dans ses côtes…»
«Ses côtes! Ses côtes! Viens Glob!»
«Je n’ai toujours pas fini…» souffle Orexine. Globine et Poïétine essaient de garder leur calme. «Je disais… Dans l’os du bassin de Lili, ou dans ses côtes, ou dans le sternum.»
Personne ne pipe mot.
«Vous attendez quoi?» dit Cristalline.
«Oh! T’as fini?» lance Poïétine, un peu surprise.
On entend un soupir incrédule s’échapper du cristallin de Lili: «Si j’étais vous, je me rendrais à l’os du bassin… C’est là que vous trouverez le plus de moelle rouge» avise Orexine.
«Oh non! gémit Globine. C’est aussi le plus éloigné d’ici.»
«Oui, mais si vous suivez la colonne vertébrale, vous y êtes en deux coups de cuillère à pot!»
A peine a-t-elle prononcé ces mots que Globine agrippe Poïétine par le bras et la traîne en direction de la moelle épinière, tout en saluant Orexine et Cristalline: «A bientôt Orex et Cristal! Et merci!»
«Eh, Globine! lance Poïétine.»
«Quoi maintenant?»
«T’as même pas demandé le chemin!»
«T’en fais pas! J’sais où ça se trouve! C’est attaché au cerveau de Lili! lui répond Globine. C’est pas loin! Il faut juste repasser près de l’hypothalamus.»
«L’hypo quoi?»

Arrivées à l’entrée de la moelle épinière, Globine s’exclame: «Maintenant, on va jouer à Tarzan! Tu vas voir c’est rigolo.» Poïétine pâlit. «Quoi? Qu’est-ce qu’il y a? Tu vois la moelle épinière de Lili?» Poïétine hoche la tête. «Regarde. C’est plein de cordes. Tu vois ?» Poïétine hoche la tête une nouvelle fois et observe le précipice devant elle. «Ce que tu vois là, ce sont des fibres nerveuses.»

Le canal de la moelle épinière

«Ce que je vois moi c’est un trou qui n’en finit pas. On ne va tout de même pas passer par là? C’est vachement raid…»
«Mais on va utiliser les fibres comme des lianes! Ce sera super! Tu verras! On n’aura qu’à se laisser glisser à l’intérieur de la colonne vertébrale jusqu’au bassin de Lili! Génial, non!?»
«J’aime pas la vitesse…»
«Eh bien voilà une occasion pour t’y habituer! Justement! C’est parti!» Globine attrape une des fibres et disparaît en hurlant de joie. «Aller un peu de nerf Poïétine! On doit sauver Lili!»
Poïétine ferme les yeux, agrippe une des fibres et se laisse glisser. A la moitié du chemin, elle commence à apprécier l’expérience, ouvre les yeux et pousse un long cri de Tarzan.
« Attention! lance Globine depuis en bas. Freine!»
«Comment?» hurle Poïétine.
Mais c’est déjà trop tard. Poïétine tombe sur Globine et les deux complices se roulent par terre, hilares. «Allez. Ce n’est plus très loin maintenant.»

Une fois dans le bassin, elles entreprennent de se faufiler dans l’os pour accéder à la moelle osseuse.
«C’est plein de trous par ici, remarque Poïétine. Parfait pour jouer à cache-cache! Une petite partie Globine hein, qu’est-ce que tu en dis?» Globine secoue la tête. «Ben quoi? Juste une partie? Juste une? Une…?»
«On est arrivée, Po.» Globine a perdu son sourire. «C’est ici que nos chemins se séparent.»
«Comment ça?» demande Poïétine.
«C’est à toi de jouer maintenant. C’est pour ça que Lili t’a avalée.» Il y a de la tristesse dans sa voix.
«Oh… Je vois… Oui…» Poïétine est soudain très émue et dessine quelque chose par terre du bout de son pied. «Tu veux pas venir avec moi Glob?»
Globine secoue la tête.

Poïétine

«Je crois bien que tu vas me manquer, tu sais», renifle Poïétine en laissant échapper une larme.
«Tu me manqueras aussi Po, tu sais.» Les deux protéines tombent dans les bras l’une de l’autre.
«Merci Glob, sans toi je n’y serais jamais arrivée. Je ne t’oublierai jamais.»
«Oh mais on a bien rigolé. D’ailleurs j’ai quelques bleus qui peuvent en témoigner!» lui répond Globine en riant.

Sur ce, Poïétine fait un petit signe de la main à Globine, puis entre dans la moelle en criant d’une grosse voix aux cellules souches: «Oh hé, debout là d’dans! Finies les vacances, les grasses matinées, va falloir vous mettre au boulot les filles, et sérieusement!!»

«Ouhaaaaaa», Lili ouvre les yeux et bâille en s’étirant de tout son long. Pour la première fois depuis quelques jours, elle se sent de bonne humeur. Elle regarde par la fenêtre. C’est le printemps. La lumière est plus douce et les fleurs commencent à s’ouvrir un peu partout dans le jardin. Merlin se prélasse sur le gazon. Les oiseaux chantent. De nouvelles feuilles tanguent dans la brise du matin et un bourdon passe son chemin. Quelqu’un a laissé le portail ouvert, et… et… Que voit-elle courir sur la balustrade du balcon? Lili se frotte les yeux. Elle croit apercevoir Globine et Poïétine. Elle sort du lit pour mieux voir. Puis elle sourit.

FIN

Lili a guéri

Texte et illustrations: Vivienne Baillie Gerritsen et Sylvie Déthiollaz (Swiss-Prot Group, Swiss Institute of Bioinformatics)
Titre original: «Globine et Poïétine sur la piste de la moelle rouge»
La version allemande en ligne a été retravaillée par Redaktion SimplyScience.ch

© 2003 Vivienne Baillie Gerritsen, Sylvie Déthiollaz, Swiss-Prot Group, Swiss Institute of Bioinformatics
ISBN 2-9700405-2-2

L'histoire est disponible en français et anglais chez Lulu.com.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.