Les chauves-souris, des réservoirs à virus?

Les chauves-souris sont à l’origine de plusieurs épidémies virales apparues ces dernières années. Pourtant, alors qu’elles sont porteuses de nombreux virus, elles ne semblent pas affectées. Comment font-elles pour résister à ces dangereux virus et nous les transmettre ?

Grosse chauve-souris du genre roussette en vol

Grosse chauve-souris du genre roussette en vol. (Image: Pkprojekt/CanstockPhoto)

Pourquoi les chauves-souris sont-elles des mammifères particuliers ?

Les chauves-souris sont les seuls mammifères à avoir la capacité de voler. Or, voler est une activité très coûteuse en énergie pour ces animaux. Leurs cellules doivent donc produire beaucoup d’énergie pour leur permettre de voler. Aujourd’hui, les chercheurs pensent que ce surplus d’énergie a pu permettre l’apparition chez elles au cours de l’évolution de mécanismes de réparation de leurs tissus et de défense contre les virus bien plus efficaces que ceux des autres mammifères. Pour de nombreux chercheurs, l’étude des chauves-souris est importante puisqu’elles sont les hôtes de nombreux virus, qui causent souvent des maladies sévères chez l’homme et chez les autres mammifères. Ainsi, en les étudiant, on peut comprendre pourquoi elles résistent mieux que nous aux virus et quels sont leurs mécanismes de défense. Récemment, un grand projet de recherche a été lancé pour reconstruire informatiquement leur génome, c’est le projet Bat1K, « bat » qui veut dire « chauve-souris » en anglais.

Réaction inflammatoire de défense

Réaction inflammatoire de défense de l'organisme face à une agression, dans ce cas une blessure chez les mammifères. (Image: normaals/CanStockPhoto, traduite par la rédaction)

Comment se défendent-elles contre les virus ?

Des chercheurs de l’université de Berkeley ont étudié de plus près leurs mécanismes de défense contre ces virus. Ils ont essayé de comprendre comment fonctionne leur système immunitaire. C’est un système présent chez tous les mammifères qui lutte contre les pathogènes autour de nous. En fait, dès que notre corps absorbe une poussière, un virus ou encore une bactérie, des cellules de notre corps sont aux aguets et reconnaissent ces éléments comme un danger. Elles recrutent alors des centaines de cellules et de molécules qui se déplacent par les vaisseaux sanguins pour venir lutter contre ces intrus. Elles sont aussi capables de « manger » (en biologie, on dit « phagocyter ») l’intrus et de le digérer pour l’éliminer. C’est la réaction inflammatoire.

Malheureusement, dans le cas de l’infection par de nombreux virus, comme celui responsable de la maladie COVID-19, cette réponse immunitaire s’emballe. En fait, en essayant de lutter contre les virus qui infectent certaines cellules, le corps va supprimer et faire mourir ces cellules. Mais ceci va causer beaucoup de dégâts dans le corps et aggraver l’infection. En plus, certains virus sont capables d’utiliser ces molécules pour se multiplier encore plus grâce à ces mécanismes de défense. Chez les chauves-souris, les chercheurs pensent que l’infection par les virus entraîne une réaction rapide de leur système immunitaire, qui recrute beaucoup de molécules qui vont au contraire limiter cette réponse inflammatoire. Ces molécules font partie de la famille des interférons. Elles contrôlent l’inflammation et évitent les effets néfastes sur les cellules de l’organisme. Ainsi, les virus restent en permanence dans leur corps mais ne les rendent pas malades. En plus, contrairement à nous, l’efficacité de leur système immunitaire ne diminue pas avec l’âge. Décidément, elles ont des supers pouvoirs !

Comment peuvent-elles nous infecter?

Chauves-souris dans un zoo

Chauves-souris dans un zoo. (Image: Belizar/CanStockPhoto)

Normalement, les chauves-souris ne sont pas beaucoup en contact avec nous mais malheureusement, le trafic de la faune sauvage augmente ces chaînes de transmission. Ainsi, lorsqu’elles sont capturées et enfermées dans des cages, ou que leur écosystème est perturbé par l’habitat urbain, les chauves-souris ont des contacts beaucoup plus directs avec nous ou avec d’autres animaux proches de nous, comme des animaux domestiques. Par exemple, comme leur habitat naturel est de plus en plus envahi par nos activités, leurs urines et leurs excréments, qui sont aussi infectés par les virus et qu’elles déposent sur des fruits ou des plantes peuvent contaminer certaines espèces animales qui les mangent. Les chauves-souris ont aussi très peu de prédateurs naturels et vivent très longtemps par rapport à leur taille, environ 40 ans ! Tout ceci a permis d’augmenter les moyens de transmission des virus jusqu’à l’humain, et d’engendrer des épidémies mondiales comme celle que nous venons de traverser…

Si tu veux en savoir plus sur les chauves-souris et leurs fantastiques propriétés, jette un œil à cet article et si tu veux en savoir plus sur les virus, c’est par là.


Texte: Rédaction SimplyScience.ch

Sources: Herzberg, N. Pourquoi l ’étude de la chauve-souris, toujours aussi mystérieuse, passionne les scientifiques. Le Monde, 2019 ; Brook, C. E. et al. Accelerated viral dynamics in bat cell lines, with implications for zoonotic emergence. Elife 9, 2020 ; Hayman, D. T. S. Bat tolerance to viral infections. Nat. Microbiol. 4, 2019 ; Herzberg, N. Les secrets de la longévité des chauves-souris. Le Monde, 2019. Herzberg, N. Les secrets de la chauve-souris, « souche à virus » au système immunitaire d’exception. Le Monde, 2020.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.