Arsenic (As)

«Toutes les choses sont poison, et rien n’est sans poison; seule la dose détermine ce qui n’est pas un poison» a dit Paracelse, un savant médecin suisse du 15-16e siècle.

L’orpiment, un composé d’arsenic fréquemment utilisé par le passé comme pigment dans la peinture

L’orpiment, un composé d’arsenic fréquemment utilisé par le passé comme pigment dans la peinture. Pendant longtemps, il s’agissait du jaune le plus brillant – mais il s’est avéré très toxique. (Image: dmitriyd/Shutterstock.com)

Beaucoup de substances peuvent agir comme poison ou comme médicament, l’effet dépend de la quantité utilisée – c’est aussi le cas de l’arsenic.

Des composés d’arsenic hautement toxiques

L’arsenic appartient à la classe des métalloïdes et est présent dans la croûte terrestre à peu près aussi fréquemment que l’uranium. On l’y trouve sous forme pure (c’est-à-dire comme élément), mais plus souvent sous forme de composés avec d’autres éléments chimiques. Lié à l’oxygène, au chlore ou au soufre, l’arsenic forme des composés inorganiques. Il forme des liaisons avec le carbone et l’hydrogène dans les composés organiques. Il peut être stocké dans les plantes. Sous forme organique, il est relativement moins toxique pour l’homme. D’ailleurs c’est un oligo-élément dont notre corps a besoin en infimes quantités. On retrouve des composés d’arsenic dans les eaux potables, dans la mer, les mollusques ainsi que dans les mines, associés à d’autres minéraux. Beaucoup de composés d’arsenic sont hautement toxiques, comme par exemple l’oxyde d’arsenic (composé d’arsenic et d’oxygène) appelé arsénite. L’arsénite a un passé tristement célèbre en tant que poison mortel.

Poison des rois et roi des poisons

L’arsénite était un des poisons les plus appréciés et les plus répandus pour les assassinats, autant dans l’histoire de l’humanité que dans la littérature et le cinéma. La poudre d’arsénite est inodore et perd sa couleur lorsqu’elle est humide. De très petites doses suffisent pour causer la mort, qui n’est pas instantanée mais n’a lieu que quelques heures jusqu’à plusieurs jours après la prise du poison. Fréquemment utilisée au Moyen-Âge comme ‘outil de succession’, les symptômes de l’empoisonnement se confondaient avec ceux du choléra, maladie fréquente à cette époque. Jusqu’au milieu du 19e siècle, les petites quantités d’arsénite étaient indétectables. Il s’agissait donc d’un moyen parfait pour éliminer des concitoyens (ou des prétendants au trône) indésirables de façon discrète.

De jolis mais bien dangereux papiers peints verts

Mais l’arsenic peut tuer aussi involontairement. Il suffit d’être exposé suffisamment longtemps à de petites doses d’arsenic pour endommager notre corps: on parlera d’intoxication à l’arsenic. On peut obtenir de belles couleurs brillantes à partir de l’arsenic. Parmi lesquelles un beau vert (appelé vert de Scheele), qui, par le passé, était très apprécié pour la teinture de papiers peints. En cas d’humidité favorisant le développement d’un champignon, les composés d’arsenic pouvaient être libérés dans l’air. Ceci a causé, sur une longue période de temps, un certain nombre de décès.

La toxicité de l’arsenic le rend néanmoins utile comme pesticide ainsi que pour la conservation du bois et d’animaux empaillés. L’arsenic est aussi ajouté à divers alliages métalliques pour augmenter leur dureté, comme les balles en plomb. L’arsenic a également des applications plus pacifiques. De nos jours, il joue un rôle important en électronique, en particulier dans les semi-conducteurs.

Des «mangeurs d’arsenic» aux médicaments

L’arsenic a même été utilisé comme stimulant. Dans les Alpes, au 19e siècle, il y avait les «mangeurs d’arsenic», des gens qui prenaient régulièrement de l’arsenic pour être en meilleur santé et/ou pour habituer leur corps à résister à de plus fortes doses du poison. Bien évidemment, cette pratique ne fonctionnait pas (ou peu) et pouvait s’avérer très dangereuse, voire mortelle. On en ajoutait aussi à la nourriture des chevaux, pour stimuler leur appétit et leur donner un pelage plus brillant. Ainsi, ces chevaux se vendaient mieux.

A très faible dose, c’est aussi un médicament. La médecine chinoise et l’homéopathie utilisent des composés d’arsenic. Dans l’Antiquité, les composés d’arsenic étaient utilisés comme remèdes contre la migraine, la malaria, la tuberculose, le diabète, l’asthme... La syphilis était également soignée par des substances à base d’arsenic. Au 20e siècle, on a découvert des produits à base d’arsenic, qui soignaient la maladie du sommeil (trypanosomiase africaine), en tuant les parasites dans le corps, mais depuis on évite de les prescrire. De nos jours certains traitements contre la leucémie en contiennent encore.

Pour découvrir les propriétés et les utilisations d'autres éléments chimiques, regarde notre dossier «Eléments chimiques au quotidien».

 

Texte: Maurice Cosandey et Rédaction SimplyScience.ch

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.