SARS-CoV-2 : un coronavirus met le monde en état d’urgence

Le nouveau coronavirus, appelé SARS-CoV-2, se répand dans le monde entier au printemps 2020. Toutes les heures, de nouvelles informations sont publiées sur le nombre de personnes touchées et les mesures prises pour ralentir la progression de la contamination. Tu trouveras ici quelques informations de base sur ce virus et la maladie qu’il provoque.

Illustration: le globe transformé en coronavirus

Illustration : 3quarks/CanStockPhoto

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Les coronavirus sont des virus dont l’enveloppe présente tout autour des petites excroissances en forme de massues. Le virus semble porter une couronne (du latin « corona »). Ces excroissances sont constituées de protéines et aident le virus à se fixer sur une cellule et à l’infecter. Le matériel génétique (génome) des coronavirus se présente sous forme d’ARN à simple brin et comprend près de 30 000 bases, ce qui est très élevé pour un virus à ARN.

Coronavirus SARS-CoV-2

Illustration scientifique du Coronavirus SARS-CoV-2. (Image: CDC/Wikimedia Commons, domaine public)

Il existe plusieurs coronavirus qui infectent les humains. Certains ne provoquent que de légers rhumes, mais trois d’entre eux peuvent causer des maladies respiratoires graves et mortelles (SARS, MERS et COVID-19, la maladie causée par le coronavirus actuel).

D’où vient le SARS-CoV-2 ?

Début janvier 2020, un nouveau coronavirus (appelé plus tard SARS-CoV-2), qui avait déjà provoqué un nombre important d’infections pulmonaires mortelles, a été identifié en Chine. Son génome est très similaire à celui de coronavirus trouvés chez des chauves-souris et des pangolins javanais. Le SARS-CoV-2 vient donc très probablement d’un virus animal qui a muté de sorte qu’il peut maintenant affecter aussi les cellules humaines.

Que signifie COVID-19 ?

La maladie causée par ce virus est appelée COVID-19, d’après la dénomination anglaise « Coronavirus Disease 2019 » (maladie à coronavirus 2019). La maladie est imprévisible : chez une grande partie des personnes infectées, elle est bénigne (légère toux par exemple). Dans environ 20 % des cas (on ne pourra donner de chiffres plus précis que rétrospectivement), les symptômes sont plus sévères et peuvent provoquer de graves infections pulmonaires. C’est le cas notamment chez les personnes âgées et celles qui sont déjà affaiblies par d’autres maladies. Dans les cas les plus inquiétants, les patients hospitalisés doivent être traités dans le service de soins intensifs et placé sous respiration artificielle, car les poumons ne peuvent plus fournir suffisamment d’oxygène à l'organisme.

Comment le SARS-CoV-2 est-il transmis ?

Campagne suisse de prévention contre la propagation du coronavirus

Protège-toi et protège les autres d’une infection par le SARS-CoV-2. Affiche de l'Office fédéral de la santé publique (davantage d'informations ici).

Contrairement aux autres coronavirus dangereux pour les humains, le SARS-CoV-2 peut manifestement se multiplier non seulement en profondeur dans les poumons, mais aussi dans le nez et la gorge. Par conséquent, les personnes infectées sont porteuses de grandes quantités de virus dans leurs voies respiratoires supérieures et peuvent contaminer d’autres personnes en toussant ou éternuant, mais aussi par les minuscules gouttelettes présentes dans l’air qu’elles respirent (infection dite par gouttelettes). Le virus peut survivre plusieurs jours sur des surfaces telles que les poignées de porte qui n'ont pas été désinfectées. Il peut alors redevenir actif dès que quelqu’un l’essuie avec la main, par exemple, et le porte aux muqueuses du nez ou de la bouche (infection dite de contact).

Que se passe-t-il après une contamination au SARS-CoV-2 ?

Dès que les virus ont pénétré dans une cellule humaine, ils introduisent leur matériel génétique dans le génome de la cellule. La cellule est ainsi reprogrammée pour produire des milliers de nouveaux virus. Aussi longtemps que les virus restent cachés à l’intérieur d’une cellule, le système immunitaire ne réagit pas. Mais dès que la cellule hôte meurt et libère les nouveaux virus, une chaîne de signaux d’alarme se déclenche dans le corps. De nombreux phagocytes tentent d’éliminer les envahisseurs et les restes des cellules hôtes détruites, la production de mucus des cellules environnantes est activée. Après quelques jours interviennent des cellules tueuses spécialisées et des anticorps qui rendent les virus inoffensifs et les marquent comme cibles pour les cellules de défense. Pour le COVID-19, il faut 5 jours à 2 semaines après la contamination pour que cette lutte du système immunitaire contre les virus devienne perceptible : localement par les maux de gorge et la toux, dans tout l’organisme par la fièvre.

L’infection devient critique quand le système immunitaire ne peut pas empêcher le virus de migrer plus profondément dans les poumons et d’attaquer les cellules des alvéoles pulmonaires. A ce stade, le corps est en état d’alerte maximale, la température du corps a augmenté, les tissus infectés enflent et compriment les cellules nerveuses voisines, provoquant des douleurs, les cellules infectées et détruites ne peuvent plus être éliminées et remplacées assez rapidement. Les poumons ne peuvent donc plus remplir leur fonction et n’apportent plus suffisamment d’oxygène dans la circulation sanguine. Dans les cas les plus graves, cet état ne peut plus être maîtrisé et entraine des troubles du rythme cardiaque, une chute de tension artérielle et un effondrement général des organes.

Pourquoi le virus a-t-il pu se propager aussi rapidement ?

Le SARS-CoV-2 était inconnu avant son apparition fin 2019, c’est un nouveau virus - résultant d’une mutation. Cela signifie qu’il a d’abord fallu l’identifier, ce qui n’est pas facile car il provoque des symptômes semblables à ceux de nombreux virus connus, responsables du rhume ou de la grippe. On sait maintenant qu’il se transmet plus facilement d’une personne à une autre que les autres coronavirus et que même les personnes qui ne ressentent pas (encore) de symptômes ou seulement des symptômes légers sont contagieuses. Ces facteurs ont contribué à ce que pendant plusieurs semaines des centaines de personnes ont été contaminées quasiment sans être détectées.

En outre, personne ne possède de protection immunitaire contre un nouveau virus. Les virus connus (p. ex. le virus de la rougeole) rencontrent dans une société de nombreuses personnes qui ont été vaccinées ou ont déjà contracté la maladie. Ces individus ne tombent pas malades et interrompent la chaine de transmission. Mais tout le monde peut être contaminé par le SARS-CoV-2. Depuis mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé qualifie la maladie COVID-19 de pandémie, ce qui signifie qu’elle se propage dans de nombreux pays sur plusieurs continents.

Bien que le virus provienne à l’origine du monde animal, rien n’indique actuellement que les animaux domestiques le transmettent. Le virus ne cause pas non plus de maladie chez ces derniers.

Évaluation moyenne:
  •  
(0 Évaluations)

Qu'en dis-tu?

Cet article n'a pas encore reçu de commentaires.